Le contexte du projet de La Bergerie Surf Camp

Le projet de Surfcamp à Saint Père en Retz a débuté en octobre 2014 quand nous avons  rencontré M GUILLOUX, le regretté maire de Saint Père en Retz. Le projet a été plébiscité par les élus locaux, régionaux et départementaux dès le début ainsi que par la Fédération Française de Surf, La SNSM, Le sauvetage côtier et sportif…. La population locale a été aussi favorable dans son immense majorité.

Nous sommes désormais à un moment important du projet ! En effet, les préoccupations environnementales, il y a 5 ans n’étaient pas les mêmes qu’aujourd’hui. Nous avons tous conscience de l’urgence climatique et environnementale à l’échelle de la planète mais beaucoup de choses inexactes sont dites et beaucoup d’idéologies parasitent le débat.

En tant que passionnés et pratiquants de sports depuis de nombreuses années, nous sommes en contact permanent avec la nature et l’océan en particulier. Nous sommes donc bien conscients des enjeux futurs et de l’impact environnemental que notre projet pourrait avoir.

Nous avons sollicité les services d’une nouvelle équipe de maîtrise d’œuvre afin de repenser notre projet. Toutes les études menées jusqu’à présent ont déjà permis de faire évoluer le projet, pour le rendre toujours plus vertueux d’un point de vue environnemental et ce grâce à l’implication des bureaux d’étude mais aussi grâce à la société AmericanWavesMachine qui est garante de la technologie qui crée les vagues.

Un projet respectueux de l’environnement, pas seulement pour les surfeurs

Nous souhaitons bâtir un projet exemplaire autour du bien-être et du sport, avec comme fil conducteur le surf, dans un environnement rural. De plus, nous souhaitons démocratiser la pratique du surf et favoriser son apprentissage en nous adressant au plus grand nombre, aux enfants, aux personnes en situation de handicap et à tous ceux qui ne peuvent pas le découvrir en milieu naturel.

Nous avons entendu les remarques des associations qui se posent des questions légitimes sur le projet. Nous allons travailler dans le but de proposer un projet avec une empreinte carbone neutre. Les chiffres réels du projet en ce qui concerne la consommation d’eau et d’électricité ne sont pas du tout en rapport avec ce qui a pu être dit par les associations et relayés par la presse.

De l’information à la désinformation stop aux idées fausses

Certains reportages télévisés annoncent des chiffres effrayants ! En effet, le parc au Texas qui utilise la même technologie n’est pas construit en plein désert, des animaux sont présents à proximité (nombreuses fermes présentes…) et 1 heure de surf n’équivaut pas à la consommation de 800 foyers français !!!

Le volume d’eau du bassin prévu à saint Père en Retz est de 11000 m3 soit l’équivalent d’une piscine municipale et étudions plusieurs solutions afin de récupérer les eaux de pluie et diminuer la consommation d’eau du réseau. Cette eau sera filtrée sans aucun traitement chimique.

En ce qui concerne les besoins en électricité, nous utiliserons des panneaux photovoltaïques ainsi que différentes sources de production d’énergie. Cela sera un enjeu majeur du projet et de la maîtrise d’œuvre.

Le bassin possédera une grande partie en inox, et non en béton comme cela est souvent dit par les opposants. L’impact pour le terrain sera ainsi plus faible car il sera facilement démontable ainsi que pour les bâtiments qui seront réalisés en bois et sont sur pilotis.

La Bergerie Surf Camp n’a pas déposé le moindre dossier officiel et se trouve déjà attaqué.

Certains élus ou responsables politiques ont fait part de leur opposition au projet, sans même avoir consulté le dossier (puisque les études sont encore en cours) ni même s’être informés sur le projet ou même nous avoir rencontrés, malgré nos demandes réitérées.

Certains collectifs opposés au projet emploient en outre des méthodes d’intimidation en venant manifester devant un lieu d’exercice professionnel ! Leur façon de faire avec des porteurs de projets privés qui ont toujours respecté les lois de la république est assez affligeante. Ils ne souhaitent pas nous rencontrer !  Des stickers contre le projet collés sur des plaques professionnelles, des pancartes explicites contre les porteurs de projets dans les manifestations!

Un appel à manifester est lancé sur les réseaux sociaux afin de mettre « la pression »(sic) sur les élus du Pays De Retz qui devaient se prononcer vendredi 20 décembre à Machecoul sur le respect des critères pour lesquels il y a eu un changement de destination du terrain (passant de terrain agricole à terrain de loisir). Cette procédure résulte du Schéma de Cohérence Territorial du Pays de Retz  (SCOT du Pays de Retz qui représente 22 communes) : 31 votes pour, 4 contre, 4 abstentions. La réponse du PETR du Pays de Retz a été claire et nette

Nous allons prouver qu’ils se trompent

Nous sommes certains qu’en 2019, il existe des solutions autour des énergies renouvelables, pour arriver à créer un projet à la fois sportif autour du bien-être, éducatif  et touristique, éco-responsable. Et bien évidement nous sommes preneurs des bonnes idées des opposants pour faire avancer le projet s’ils souhaitent que leur opposition soit constructive.

Sur le site, nous souhaitons créer :

  • Une pépinière d’entreprises en rapport avec le surf, le sport et le bien être ;
  • Un pôle médical et paramédical autour des médecines douces ;
  • Une épicerie avec des produits locaux privilégiant les circuits courts : « La ferme de chez nous » concept qui existe déjà.
  • Un bar/restaurant, une surf académie, un espace séminaire dans des bâtiments en bois sur pilotis.

Des soutiens qui nous poussent à continuer

Nous remercions évidemment les investisseurs qui permettent à notre projet de continuer.
Un grand merci à M AUDELIN, maire de Saint Père en Retz, M MOREZ, maire de Saint Brévin et Président de la Communauté des Communes du Sud Estuaire, ainsi que tous élus communaux, supra-communaux, du Pays de Retz , du Département et de la Région qui croient en  notre projet pour toutes les valeurs qu’il véhicule.

La Fédération Française de Surf nous soutient depuis le premier jour et particulièrement M régis Blanchard, conseiller Technique National, la Société Nationale de Sauvetage en Mer et M Moreau Didier, le directeur national de la formation, qui pourrait avoir à sa disposition, un bassin avec des vagues sur commande pour entraîner les sauveteurs, merci à eux.

Nous espérons pouvoir faire émerger un projet qui conviendra au plus grand nombre  ; nous pensons sincèrement que les informations et études qui seront prochainement communiquées permettront de lever les différentes inquiétudes qui ont pu émerger autour du projet.

Une étude environnementale complète est en cours d’élaboration, comme cela est nécessaire et imposé par la loi. Nous déposerons ensuite un permis d’aménager. Une procédure de participation du public sera alors mise en œuvre, laquelle permettra de parler sereinement de la réalité du projet.